Les pionniers de La couleur de l’adoption

Les pionniers sont les participants à ce projet novateur au Québec. Ils sont appelés pionniers, car La couleur de l’adoption est le premier projet de livre de portraits de personnes adoptées réalisé par des personnes adoptées.

Ils sont nés au Pérou, en Bolivie, en Colombie, en Chine, au Vietnam, en Inde, en Roumanie, en Éthiopie, ou en Corée du Sud et ils sont arrivés au Québec âgés de seulement quelques mois ou de quelques années, seuls ou en fratrie. Certains sont retournés dans leur pays d’origine et quelques-uns ont retrouvé leur famille d’origine. Ils ont aujourd’hui entre 4 et 44 ans et ils habitent aux 4 coins du Québec.

Bref, les participants ont un parcours unique. Ils sont appelés pionniers, car ils seront les premiers à mettre sur papier leur histoire et à faire entendre leur voix, comme ils le souhaitent, sous l’angle qu’ils le désirent.

De nombreuses personnes adoptées contactent La couleur de l’adoption afin de participer au projet. L’engouement est palpable et l’équipe bénévole fournit les efforts nécessaires afin de récolter chaque récit et de s’assurer qu’ils seront publiés sur le site internet s’ils ne sont pas publiés dans le livre.

 

Les premiers participants

 

LCDA Gabriella Delorme-Grenier

Gabriella Delorme-Grenier, adoptée de la Bolivie en 1992

« J’en ai longtemps voulu à ma mère biologique de ne pas m’avoir laissé quelque chose pour pouvoir la retrouver ou pour comprendre pourquoi elle m’avait abandonnée. Pourquoi elle ne m’avait pas laissé un message, un objet significatif, un nom, ni même une photo? »


 

LCDA Pierre Pélard

Pierre Pélard, adopté de la Corée du Sud avec sa soeur jumelle, grandi en France et immigré au Québec depuis peu

« J’ai eu la chance d’avoir été accueilli avec ma sœur jumelle par une famille fantastique, qui m’a toujours aimé comme si je n’étais pas né à l’autre bout du monde, une famille qui m’a toujours soutenu dans les bons et moins bons moments »


 

LCDA Maïli Giroux-Dubois

Maïli Giroux-Dubois, adoptée de Taiwan, aujourd’hui étudiante en travail social dans la région de Québec

« Mes amitiés et mes premiers balbutiements de relations amoureuses ont été marqués par une intensité très forte et un sentiment d’abandon souvent réactivé, voire une certaine dépendance affective à l’égard d’autrui. »


 

Kassaye MacDonald, adoptée de l’Éthiopie et grandie en banlieue de Sherbrooke

« Many of us were adopted with missing or false information about our birthparents and have gone through what appears to be quick but sometimes very difficult adjustments to our new environment, navigating potentially complicated relationships with our families and siblings. »


 

Mae Charbonneau, participante à La couleur de l'adoption

Mae Charbonneau, adoptée de la Corée du Sud à l’âge de 4 ans avec sa soeur jumelle

« À travers de vagues bribes de souvenirs, le sentiment le plus fort qui en ressort, c’est la survie. »


 

LCDA Shan Charbonneau

Shan Charbonneau, adoptée de la Corée du Sud à l’âge de 4 ans avec sa soeur jumelle

« Je me rappelle entre les coups de bâton, les taudis sordides et la succession d’abandons, ce qui me restera toujours en mémoire et gravé profondément dans mon ADN. »


 

LCDA Matthieu Lizotte

Matthieu Lizotte, adopté du Vietnam en 1994, grandi à Laval

« Au moins ici, j’ai de quoi me vêtir, de l’eau potable, de la nourriture abondante, un toit qui me permet de rester au froid et à la chaleur. »


 

LCDA Dominic Dubois

Dominic Dubois, adopté de la Corée du Sud à l’âge de 3 ans

« Ma mère m’avait dit que le plus grand geste d’amour qu’une femme pouvait témoigner à son enfant, c’est d’accepté qu’une autre femme soit en mesure de mieux élever son enfant, de mieux le protéger. »


 

Maolie Bélisle, adoptée de la Chine à l’âge de 3 ans et demi

« Humaine made in China importée au Québec en mars 1996. Ou, pour le politically correct, enfant chinoise adoptée par des Québécois. »


 

Serez-vous la prochaine personne participante?

Contactez-nous pour partager votre histoire et votre point de vue sur l’adoption internationale.


 

Les pays d’origine des participants de LCDA